Menu

Accueil > Découvrir > Publications > L'éducation des filles

Découvrir

L'éducation des filles

L'éducation des filles dans le département du Lot au XIXe siècle

dans le Lot au XIXe siècle

Dossier n° 6 du Service éducatif des Archives départementales du Lot par Etienne Baux, 1993. 93 p.

Les reproductions de documents d’archives comportant nombre de cartes et plans, ainsi que des  photographies, sont présentées au fil de trois périodes : 1815-1836 ; 1836-1880 ; 1880-1914.
 « La civilisation est – on peut le dire – fort arriérée dans ce département… Il y a peu d’aisance et une grande misère, l’ignorance est extrême ». Sévère constat du préfet de la Restauration, peu après son arrivée dans le Lot, exact sans doute, malgré le mépris excessif du haut fonctionnaire parisien, expédié au milieu de populations « étrangères ».
Constat justifié par la pitoyable incurie de l’enseignement élémentaire dont le pouvoir s’était désintéressé sous l’Empire. Seule en effet, la Convention, en votant l’obligation et la gratuité pour tous les enfants de 6 à 8 ans, osa proposer un plan de scolarisation global avec des maîtres rétribués par l’Etat. Mais la loi, peu appliquée faute de personnel et d’argent, donna peu de fruits. Et comme la Révolution avait supprimé les « petites écoles » des villages, laissées avant 1789 à la discrétion des communautés et aux soins du clergé scolarisateur, tout était à reprendre, la paix revenue, en 1815.
A reprendre, oui, mais d’abord pour les garçons ! Jusqu’au milieu du siècle, l’éducation des filles retient moins l’attention du législateur. Alors que Guizot impose en 1833 une école par commune destinée aux garçons, les écoles de filles restent, en 1836, facultatives. Il faut attendre mars 1850 pour que la loi donne droit de cité à l’éducation primaire des filles, sans aller jusqu’à l’obligation ou la gratuité totale, voulues dans le dernier quart du siècle par la IIIe République.
Que d’obstacles à vaincre pour que, dans un mouvement long et continu, en 1896, 83 % des filles de 5 à 15 ans soient scolarisées, contre 37 % environ vers 1850 !
La fin du siècle vit progressivement l’éducation des filles échapper – en partie au moins, et bien moins que celle des garçons – aux congrégations catholiques si florissantes en Quercy. Laïcisation difficile, achevée en 1902 avec le refus général des autorisations par le gouvernement et génératrice de tensions douloureusement vécues de part et d’autre. Laïcisation acquise grâce aux promotions de normaliennes à partir de 1885, formées, dans leur école - l'Ecole normale - à Cahors, à la rude discipline d’un véritable apostolat.
Les Quercynoises, encore mineures aux yeux de la loi civile et privées des droits politiques, s’acheminèrent progressivement vers une école acquise de haute lutte. 

 

Dossier consultable en salle de recherches. Disponible à l'achat : 12,20 euros

Bon de commande (117 ko)


Votre panier
Mon panierActualitésLot.fr - Le département
Retrouvez-nous sur FacebookPlan du site | Nous contacter | Mentions légales | Crédits