Menu

Accueil > Découvrir > Trésors d'archives > Une partition manuscrite du milieu du XVIIIe siècle

Découvrir

Une partition manuscrite du milieu du XVIIIe siècle

J 39 page 5

"l'Empire de l'amour"

Un bel exemple de manuscrit de musique du XVIIIe siècle, à découvrir en salle de recherches (39 J)

Ce livre de musique daté de 1751, appartint au baron Charles Raymond de Salviac de Vielcastel, un militaire d’une famille du Quercy, lieutenant en 1744, puis capitaine du régiment d’Auvergne en 1747.
Il comporte une partition manuscrite qui s’avère être une copie arrangée de : « L’Empire de l’Amour ». L’œuvre originale est un ballet héroïque dont la composition musicale est attribuée au marquis de Brassac, René de Galard de Béarn, également militaire (1699 - 1771) et les paroles à François-Augustin de Paradis de Moncrif (1687-1770). Le ballet s’organise autour d’un prologue et de trois entrées : les mortels, les dieux et les génies du feu. L’œuvre est jouée en représentation à l’Académie royale de musique une première fois le 14 avril 1733. Reprise le 25 mai 1741, les auteurs y ajoutent une quatrième entrée : les demi-dieux.

Les 64 pages du livret cartonné présentent une version abrégée et probablement modifiée de cette œuvre musicale. La composition débute par le prologue et se structure ensuite par des airs vocaux (chœurs ou solistes), instrumentaux ou dansants : des gigues, passacailles et rondeaux.
Cette pièce d’archive témoigne de l’instruction et du goût pour la musique de la noblesse au XVIIIe siècle. L’enseignement musical fait en effet partie de l’éducation élitiste au même titre que les lettres ou encore l’histoire. Les hommes du monde se doivent de cultiver des « talents ». C’est pourquoi on trouve parmi les militaires ou encore les personnalités, des musiciens et parfois des compositeurs.

Le ballet : divertissement en vogue

Le ballet, spectacle de musique et de danse, est d’ailleurs le divertissement en vogue. Il est mis au goût du jour en France dans la seconde moitié du XVIIe siècle à la cour, grâce au compositeur du roi, Jean-Baptiste Lully. Ses œuvres restent des références musicales régulièrement interprétées jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.
Le ballet héroïque apparait dans la mouvance de Jean-Philippe Rameau, vers 1730. C’est un héritier du genre de l’opéra-ballet, avec une construction théâtrale dont l’intrigue est proche de la tragédie lyrique ; il se couple d’un divertissement vocal et chorégraphique.
Le thème de « l’Empire de l’amour » est ici d’inspiration mythologique ; l’œuvre débute sur le rajeunissement des nymphes, nourrices de Bacchus. Si le parolier, François-Augustin de Paradis de Moncrif, est connu, René de Galard de Béarn semble en revanche n’avoir composé que deux œuvres : « L’Empire de l’Amour » donc et « Léandre et Héro ».

Ce document portant la cote 39 J fait partie des rares documents de musique conservés aux Archives départementales du Lot. Il s'agit d'une pièce isolée entrée par don d'Eugène Laroche en 1934.

J 39 Rondeau page 18

Votre panier
Mon panierActualitésLot.fr - Le département
Retrouvez-nous sur FacebookPlan du site | Nous contacter | Mentions légales | Crédits